L’équipe !

Reprise de FEIGNASSE HYPERACTIVE le mardi 15 et mercredi 16 septembre 20h au Théâtre BO Saint Martin ! Voici la team ! De gauche à droite : Vincent Azé, Anaïs Gardenato, Samuel Lozano, Caroline Dijon, Patrice Montico, et Gaël Rossy 🙂 Inutile de dire que je suis super méga jouasse.  ‪

IMG_4100

Gérer sa phobie administrative

Ca y est, c’est la rentrée !!! Et même si les vacances sont finies, on est contente ! C’est comme un nouveau départ : on s’achète des trucs pour tout ranger-trier-organiser, on s’inscrit au sport, et on y croit à mort.

rentrée contente

 

 

 

 

Mais il y a un hic qui vient entamer notre légèreté post-vacancière. Les DEMARCHES ADMINISTRATIVES.

peur

 

 

 

 

Pourtant on est reposée, en forme. Donc, quand on doit aller chercher ce papier à la gendarmerie, tout va bien. On a mis ses talons et sa robe, on a les cheveux détachés qui flottent au vent, et on a bonne mine.

MAIS. Le monsieur nous dit que ce n’est plus la gendarmerie qui donne ce papier, mais la PREFECTURE. Ah. Pourtant la dame de l’assurance avait dit que c’était la gendarmerie. Mais non pas du tout elle s’est trompée. D’accord. Alors on va aller à la préfecture. Mais ATTENTION, comme on connait un peu le truc, (ahah, on nous la fait pas), avant, on téléphone pour savoir jusqu’à quelle heure c’est ouvert. Bon, comme personne ne répond car “tous les conseillers sont occupés”, on regarde sur internet. C’est bon, c’est ouvert jusqu’à 16h, ouaw ! Mais quand on arrive à la préfecture, à 15h, c’est marqué : “Fermé l’après-midi pendant l’été”. Ah. Alors là on a un peu les boules quand même. On y retourne donc le lendemain MATIN, mais en scandales parce qu’on a mal aux pieds de la veille. Et là, attention véridique, la dame nous dit qu’en fait c’est la gendarmerie qui donne ce papier. On s’attache les cheveux parce que soudain il fait très chaud. On appelle donc la gendarmerie qui confirme que NON, c’est pas eux. C’est la préfecture. Très bien. On respire par le ventre, on reste zen. On rerereretourne à la préfecture le lendemain. En short-baskets-cernes. 

Et là, deux solutions : 

1- Soit la personne derrière sa vitre est très gentille et efficace et du coup, on ne peut plus trop s’énerver.

2- Soit la personne derrière sa vitre nous explique qu’en fait, il faut aussi l’extrait d’acte de naissance de notre grand-mère Juliette et 32 justificatifs de domicile.

Et là, c’est parti. Parce que comme tout le monde, vous êtes gentille, sauf quand vous ne l’êtes pas.

LES 6 ETAPES DE LA COLERE ADMINISTRATIVE :

Etape 1 : Ca chauffe.

On commence à avoir des tics nerveux, et on demande l’air de rien : “votre vitre, elle est blindée ?”

tics nerveux

 

 

 

 

 

Etape 2 : Le “Vous-ne-savez-pas-qui-je-suis”.

La dame ne fait pas d’effort, elle ne veut pas donner le papier. Alors soudain, notre oncle, c’est le préfet. Et malheureusement pour la dame, on va devoir faire appel à lui. (Déclinable en : oncle avocat spécialisé en lenteur administrative, député, ministre, président de la république).

Etape 3 : La colère froide.

La personne en face ne veut pas comprendre et s’en fout de notre oncle. D’accord. Ok. Bien. Parfait. Non, non, très bien.

angry drole

 

 

 

 

 

 

Etape 4 : La régression.

colère aniston

 

 

 

 

 

 

 

On devient une ado. Par exemple, on dit “NON” à tout : 

“Il vous manque ce papier”. “NON”. “Vous êtes obligée de l’apporter”. “NON”. “Pour avoir votre papier il va falloir” “NON. Je le ferai pas”. Bref, c’est NON.

Comme ça bloque la situation, on passe à l’étape 5.

Etape 5 : On se lâche.

panda colère

 

 

 

 

 

Etape 6 : On devient folle. 

On rit comme une damnée, ou on pleure. Ou les deux. Avouons. On supplie la dame de nous aider, parce qu’on n’en peut plus.

rires et pleurs

 

 

 

 

 

 

Et après moults allers-retours et photocopies, on finit par l’avoir ce P….. de papier. Yes ! On a l’impression d’avoir remporté un gros marché. Et on le donne ENFIN à une autre personne d’une autre administration. Qui nous dit, QUI NOUS DIT :

“Ah mais c’était pas la peine de le fournir ce papier.”

Et, devant notre silence éloquent : “Mais c’est bien de l’avoir donné.”

Bonne rentrée à tous.

1 12 13 14 15 16 17